Didier Kowarsky - l'Observatoire du Silence -

 
L'Observatoire du Silence,
en bref




L'Observatoire du Silence est un projet de recherche artistique collective.
Les concepts de base du projet, détaillés plus loin, sont les suivants :



QUI


- Conteurs, comédiens, danseurs, musiciens, manipulateurs, clowns, acrobates, chanteurs... , le point commun entre tous est la relation directe avec le spectateur.

- L'Observatoire du Silence est constitué d'un groupe d'artistes au sein duquel une équipe de 6 à 10 acteurs est déterminée à l'occasion de chaque session. Cette équipe est augmentée de deux à quatre artistes proposés par la structure d'accueil.



QUOI


- Une résidence-laboratoire de 5 jours ou plus, indépendante de toute production.

- Une ou plusieurs séances supplémentaires spécialement dédiées à l'accueil d'un public.




- Les structures d'accueil peuvent être d'envergures diverses, depuis le Foyer Rural jusqu'au Centre Dramatique National. A long terme il entre dans le concept de L'Observatoire du Silence que ces structures se trouvent reliées par la participation au projet, voire par un partenariat pour harmoniser le financement des différentes sessions.





Observer le silence
"Observez le silence pendant l'audition"
(fronton d'un kiosque à musique de Charleville-Mézières)

Le silence (ou l'immobilité) est sans cesse ce qui relie toutes les expressions.

Le défi artistique est de pister individuellement la silencieuse coïncidence qui donnerait à entendre le discours collectif.
Le pari culturel est d'établir un partenariat dynamique entre acteurs, organisateurs et spectateurs.
Le propos didactique est d'éclairer le spectateur sur les voies de la création et sur l'invention de modes harmonieux de comportement collectif.








L'Observatoire du Silence
atelier nomade


Pourquoi ne constituez-vous pas un pont suspendu
avec votre esprit libre
pour les gens qui passent à travers le monde ?
(Hakuin)


Introduction

La scène est une image du monde au sein de laquelle l'acteur vient manifester la condition humaine.
Le projet de l'Observatoire du Silence est d'inventer un espace de jeu nomade, lieu d'exploration des relations au monde, aux autres et à soi-même, à la faveur d'un partenariat entre artistes, organisateurs et spectateurs.


Intentions

- Proposer à des acteurs du spectacle vivant un espace de pratique libre et collective.
- Mettre en jeu les artistes, le public et les organisateurs dans la rencontre entre différentes disciplines.
- Connecter le travail de recherche au site, à la spécificité et au projet de la structure d'accueil.
- Exposer au public les voies de la création.
- Relier des structures de profils divers et des artistes d'horizons différents par un projet à dimension national


Laboratoire : les pistes du jeu

- L'exigence de production est remplacée par l'urgence de l'investigation.
- La solitude de l'acteur est confrontée au jeu choral.
- La spécialisation en disciplines artistiques est remplacée par un partenariat entre acteurs du spectacle vivant.
- L'invention trouve sa réalisation dans le partenariat élargi au public : acteurs du laboratoire et spectateurs des Portes Ouvertes et des sessions publiques.

L'originalité du pari artistique réside dans l'expression qui s'aventure : c'est l'acte en cours qui est donné à voir. Pour le parleur il s'agit de la mise en oeuvre de la parole en tant que moteur de l'exploration ; idem pour le son du musicien, le geste du danseur, la curiosité du clown, etc…


Sessions publiques

En scène une dizaine d'artistes qui s'aventurent sur des chemins libres ou prédéfinis.
Il y a des conteurs, des musiciens, des chanteurs, des danseurs, des comédiens, des clowns, ...
La scène est un terrain vierge à explorer en soli, en duos, en formes chorales; il ne s'agit pas de performance mais d'investigation.
Les spectateurs invités sont témoins et partenaires de ce qui apparaît pour la première fois : c'est l'occasion de partager l'imprévu avec une bande de joueurs : on s'aventure.
A chaque reprise les propositions sont explicitées : quelle est la question, quelles sont les règles du jeu?
Le matériau mis en jeu se détermine à chaque fois par l'actualité des questionnements des acteurs, éventuellement reliée à celle de la structure.




Méthode

- Laboratoire :
Résidence artistique de 5 jours ou plus, indépendante de toute production

- En public :
Attenant à une telle résidence, une ou plusieurs séances sont ouvertes au public, à qui sont explicités les jeux et les défis en cours.


Acteurs

- Un groupe d'une vingtaine d'artistes constitue le noyau de base de l'Observatoire; pour chaque session six à dix d'entre eux participent à l'évènement.
- Deux à quatre artistes associés à la structure accueillante s'ajoutent à l'équipe.
- En tout huit acteurs et un directeur est le nombre minimum de participants.


Direction

Le rôle de Didier Kowarsky, concepteur et directeur du projet, est de proposer aux acteurs un entraînement journalier fondé sur l'attention et la vivacité, de mettre en place des défis et des configurations chorales pour l'exploration d'un propos ou d'un concept, de coordonner les propositions de ce type émanant des acteurs, et d'éclairer les spectateurs conviés sur les propositions en cours.
Depuis 1989, l'investigation a toujours été le moteur de ses travaux.
La pratique de la scène et de la direction d'acteur lui a permis au fil des années de nommer certains chemins et certaines attitudes de création, et de mettre en place des repères à la disposition d'un collectif d'acteurs curieux de formes inédites.


Historique

Préhistoire
Une première version de l'atelier a été tentée au Festival des Arts du Récit en Isère en mai 2008, sous forme de rencontres ouvertes suivies de sessions en public.

La première session de l'Observatoire du Silence a eu lieu du 1er au 18 juin 2010 au Théâtre Molière - Scène d'Aquitaine, sous l'égide de l'Office Artistique de la Région Aquitaine.
La deuxième session a eu lieu entre le 30 novembre 2010 et le 9 décembre 2011, en partenariat avec la faculté des Sciences Paris-Diderot et la Maison du Conte de Chevilly Larue















Didier Kowarsky est disponible pour tout renseignement complémentaire 







Didier Kowarsky - PROFIL



Conteur, formateur, chercheur dans le domaine des Arts du Récit.

Didier Kowarsky a pratiqué différentes disciplines de la scène, théâtre classique et contemporain, masque, clown, avant de s'engager sur la voie du conte et de l'oralité.
Depuis 1988 il explore avec Fatima Aïbout toutes les directions de la parole improvisée, ainsi que les relations de la parole avec la musique, la danse et d'autres arts de la scène et de la piste.
Ce travail d'investigation ouvre une voie singulière depuis un premier solo créé en 1989, suivi de diverses créations présentées dans les lieux alternatifs, les réseaux du conte, sur les scènes théâtrales et musicales : récitals informels en solo ou en duo avec Marc Démereau, compositeur et improvisateur, spectacles musicaux avec deux, quatre ou cinq partenaires musiciens, conteurs ou comédiens, ainsi que divers spectacles éphémères avec des artistes de rencontre (danseurs, musiciens, poètes, clowns, conteurs, circassiens).

Parallèlement à ses spectacles, Didier Kowarsky accompagne dans leurs créations des artistes d'horizons divers, il conduit des stages et des ateliers d'oralité, ainsi que diverses interventions en rapport avec la prise de parole et la mémoire (villes, quartiers, groupes, associations).
Il dirige depuis quatre ans L'Observatoire du Silence, laboratoire théâtral de recherche pluri-disciplinaire.

"Dans le fond je n'ai rien à raconter : je préfère laisser l'histoire refléter ceci et cela : vous, moi, et l'instant qui nous réunit. Je confronte les histoires à la réalité, pour réaliser les histoires et éprouver la réalité."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire